Education pour les enfants sourds-muets

En Aru au nord-est de la République Démocratique du Congo les enfants sourds-muets et ceux qui ont l’ouïe intacte vont à l’école ensemble. Il y a là un Centre Communautaire pour Education et Rééducation qui s’occupe également de l’information sur VIH et SIDA.

L’éducation doit commencer tôt

Ismael Byaruhanga a trouvé un nouveau chez-soi. Comme beaucoup d’autres, lui aussi  s’est enfui devant la guerre civile en RDC en 2002 vers la frontière ougandaise. Jusqu’à présent Aru est resté calme et paisible. Ismael Byaruhanga continuait  à faire son travail comme  soignant, c'est-à-dire, il examinait les yeux des enfants et c’est là qu’il a rencontré un grand nombre d’enfants sourds-muets, qui avaient souvent  perdu l’ouïpar la méningite. Mais personne ne s’en occupait. C’est pourquoi en 2004 Ismael Byaruhanga et une petite équipe ont fondé un centre d’éducation pour les sourds-muets, le CERBC (Centre d'Éducation et de Réhabilitation à Base Communautaire). Depuis quelques années des étudiants de tout niveau, handicapés et non-handicapés, sont éduqués ensemble. L’école est approuvée par les autorités.

Il est calme dans le préau. Beaucoup d’enfants s’entretiennent en langage gestuel. Une institutrice raconte comme elle était nerveuse avant la publication des résultats des examens. Dans la classe cinq enfants sourds étudiaient ensemble avec quatre enfants sans handicap et l’ensemble des neuf enfants avaient réussi dans les examens du gouvernement de la province.

L’appréciation personnelle à l‘ internat

Quelques enfants handicapés vivent sur place comme pensionnaires dans un petit internat. L‘année dernière il y avait encore cinquante internes, cette année il n’y a que dix-sept parce qu’il y a beaucoup de familles qui ne peuvent pas payer les frais de quinze Euros par mois et par enfant pour école, logement et alimentation. En plus les enfants handicapés ne valent pas beaucoup dans la société et on demande souvent aux familles pourquoi ils dépensent de l’argent pour un tel enfant. A l’école et à l’internat au contraire les enfants sont appréciés.

Travail d’information sur VIH et SIDA

Depuis 2008 le CERBC et le Difäm sont en contact. A ce temps-là on avait constaté lors des visites dans quelques écoles primaires que pas mal de filles entre 13 et 16 ans quittent l’école parce qu’elles sont enceintes. Une des raisons pour cela est que les parents ne donnent aucune éducation sexuelle à leurs enfants. En plus les directeurs des écoles remarquaient que ni les élèves ni les professeurs avaient assez d’informations sur VIH et SIDA.

Alors CERBC et Difäm ont développé un programme pour l’information scolaire sur VIH et SIDA qui se réalise depuis cinq ans. Un groupe de jeunes se sert de scènes de théâtre pour informer des enfants et des adolescents; en plus on forme des multiplicateurs adolescents et adultes.

Les sujets VIH et SIDA sont toujours actuels, et le souci que des élèves attrapent le VIH est justifié. Le Club SIDA des jeunes et les collaborateurs de CERBC luttent ensemble pour que le virus ne progresse plus.

Downloads / Links