Médicaments pour les réfugiés au Tchad

L'une des crises de réfugiés les plus graves se déroule en Afrique. La sécheresse, la pauvreté et les milices terroristes contraignent des millions de personnes à la fuite. Difäm répond à ce besoin et soutient les opérations de secours par le biais d'un réseau de partenaires locaux. Pour les soins aux réfugiés, Difäm, en tant que organisation pour le travail de santé chrétienne dans le monde entier, leur rend accessibles des médicaments d'urgence.

Des millions de personnes fuient la milice terroriste Boko Haram. Plus de deux millions de réfugiés du Cameroun, du Nigeria, du Niger et du Tchad-même vivent actuellement dans la région du lac Tchad, dans l'ouest du Tchad. Mais les habitants de la région souffrent déjà d'une pauvreté extrême, d'une situation alimentaire précaire et d'épidémies répétées. La violence croissante et la sécheresse persistante exacerbent la crise actuelle. Il  y a un manque de nourriture, d'eau potable et de soins médicaux. La malnutrition et la diarrhée, mais aussi le paludisme et les infections respiratoires sont en augmentation, en particulier chez les enfants. Difäm renforce donc les structures de santé locales. Les quelques établissements de santé qui fonctionnent encore ont désespérément besoin de médicaments afin de pouvoir fournir des soins médicaux à la population. Cependant, l'accès au lac Tchad est restreint pour des raisons de sécurité. L'aide internationale n‘arrive guère.

Médicaments essentiels pour les centres de santé
Grâce à un partenaire ecclésiastique de longue date au Tchad, Difäm a pu apporter une aide d'urgence et approvisionner déjà cinq centres de santé dans les districts de Bagasola, Bol et Liwa en médicaments essentiels tels que les analgésiques, les antibiotiques, les antipaludiques et les antidiarrhéiques, ainsi qu'en consommables. Les médicaments ont été achetés dans la pharmacie de gros à N'Djaména. Difäm travaille en étroite collaboration avec le Réseau Évangélique pour la Santé au Tchad pour coordonner le projet sur le terrain. Par l'intermédiaire de ses partenaires, Difäm atteint les habitants de la région qui ont un besoin urgent de médicaments et de soins médicaux.


Médicaments transportés avec une pirogue
Le Dr Gabriel Moussanang et Valentin Dingamwal du Réseau de Santé Protestant (Protestant Health Network) ont pris en charge le transport des médicaments vers les cinq centres de santé dans la zone accueillant des réfugiés au lac Tchad : "Cette aide est loin de couvrir tous les besoins, mais elle a un but : la solidarité et la compassion à l’égard de ceux qui souffrent ". Pour transporter les médicaments sur l'île de Fitine, ils se servent d‘ une pirogue motorisée. Il n'y a pas d'eau potable sur l'île. L'eau là-bas doit être traitée, mais il n’y existe guère de possibilités pour un tel traitement. Cela conduit à une accumulation de maladies. Il n'y a pas de pain, pas de médicaments, pas de vêtements, pas de commerce, pas de transport d‘urgences et pas de sages-femmes. L'infirmier local travaille seul. Dans le centre de santé Fitine on ressent le désespoir de la population. A l'extérieur, le bâtiment est intact, mais à l'intérieur, presque tout est détruit. Les portes et les fenêtres sont brisées, les lumières détruites et le réfrigérateur et les chaises brûlés. Les agents de santé du district des lacs ont apporté une table d'examen, une chaise d'accouchement, une petite table et quelques chaises. A l’aide de la livraison de médicaments, on pouvait au moins réapprovisionner la pharmacie et garantir un certain approvisionnement de base.

Chaque aide compte
Désormais, des centres de santé chrétiennes dans le nord du Nigéria et dans le Sud-Soudan, qui est déchiré par la guerre civile, doivent aussi être approvisionnés en médicaments via des partenaires locaux. Cela peut contribuer à garantir, même à petite échelle, que les soins de base de la population de ces pays puissent être maintenus. Un montant total de 85 000 euros a été mis à disposition.

Downloads / Links