Sortir de l’ombre

Beaucoup de personnes touchées par une maladie psychiques ne veulent pas en parler librement dans leurs communautés. Et c’est pourquoi DIFAEM s’est mis à sensibiliser ensemble avec des partenaires les paroisses intéressées en faveur de la santé et des maladies psychiques. L’objectif est d’améliorer et d’élargir les offres de promotion de la santé.

Les paroisses et la santé psychique

Les maladies psychiques en tant que sujet central dans les paroisses

Les maladies psychiques appartiennent aux maladies les plus fréquentes et en même temps les plus sous-estimées. En Allemagne presque 25% des hommes et presque un tiers des femmes entre 18 et 79 en sont touchés. Les maladies psychiques sont aussi la raison pour 40% des retraites anticipées.

Il y a beaucoup d’éléments qui déclenchent une maladie psychique et qui influencent son évolution. Le maladie psychique touche l’homme en tant qu’ensemble de corps, âme et esprit et tous les niveaux relationnels. Les influences sociales et spirituelles peuvent être bénéfiques  pour le traitement de ces maladies. Et c’est là où les paroisses jouent un rôle important.

Beaucoup de gens souffrent d’un manque de relations stables dans leurs vies causé par l’individualisation de la société et la poursuite de l’autonomie. Une autre raison importante est le déracinement causé par la grande mobilité dans la société d’aujourd’hui. D’autant plus important devient le réseau social dans la paroisse. Comme endroit de rencontre avec Dieu les paroisses peuvent être importantes et bénéfiques et il n’est pas nécessaire de souffre d’une maladie psychique pour éprouver les bons effets de la solidarité dans une paroisse familière sur la santé psychique. Souvent on rencontre des bons points de départ qui ne doivent qu’être développés.

Les malades psychiques souffrent souvent d’être incapables de prier, de se sentir loin de Dieu et ils se culpabilisent – souvent sans aucune raison. Mais il se peut que le verset d’un psaume ou une phrase dans une prédication touche une personne de façon que ce mot lui accompagne et le console longtemps.

La Sainte Cène et l’Eucharistie peuvent être une source de force et souvent les malades psychiques sont ouverts aux rites de bénédiction et d’onction qui offrent de la bienveillance personnelle et font simplement du bien.

La promotion de la santé psychique dans les paroisses

Un projet pour la promotion de la santé psychique dans les paroisses

Comment peut-on thématiser la santé psychique pour tous les membres de la paroisse Soutenu par les services communautaires psychiatriques de la Société Evangélique (eva) Stuttgart et DIFAEM les paroisses intéressées dans la région Stuttgart développent des propositions pour l’assistance des malades psychiques dans les paroisses.

La paroisse comme réseau social
Dans le projet pour la promotion de la santé psychique dans les paroisses la sensibilisation des membres pour la santé et les maladies psychiques est en premier lieu. On vise à créer un réseau social solide dans les paroisses pour soutenir ceux qui souffrent d’une maladie psychique pour qu’ils/elles  puissent se sentir bien. Cela est très important pour la récupération. Parmi les mesures qu’on veut introduire ou développer dans les paroisses sont entre outre :

  • cultes thématiques
  • des séries chroniques au sujet de santé et maladies psychique dans les messagers paroissiaux 
  • créer un coin lecture à propos de la santé psychique
  • former des groupes de discussion
  • chanter pour la santé psychique
  • créer un feuillet qui donne un aperçu des propositions d’aide professionnel

Lier les propositions séculaires et religieuses
L’intérêt spécifique de la part de DIFAEM est de lier les ressources des paroisses avec les offres de soutien séculaires. Il est important pour les membres d’une paroisse de connaître les offres professionnelles séculaires comme il est important pour les collaborateurs des établissements de connaître les possibilités et propositions des paroisses pour qu’ils puissent les indiquer et pour être capable de travailler ensemble. Ainsi les paroisses peuvent jouer un rôle important et spécifique dans la promotion de santé psychique et peuvent communiquer  sens et espoir dans la vie pour que les hommes très accablés puissent y trouver un appui stable et fiable.

Les activités communes des professionnels et des bénévoles
Les groupes du projet dans les paroisses ont des points de départ très différents. Il y a des réunions des professionnels et des bénévoles, des représentants des services officiaux et, si possibles, des personnes concernées pour mettre en cause les propositions d’aide qui existent sur place. Là on discute comment  les offres divers peuvent être liées, s’il manque de l’aide ou s’il ya un besoin de la mieux développér. La méthode pour s’y approcher est de poser des questions: quels groupes, initiatives et personnes engagées existent dans nos paroisses qu’on peut impliquer dans ce processus ? Avec quelles institutions et quelles personnes pourrait-on se coordonner ? Comment est-ce qu’on peut apporter ses propres ressources pour accompagner et soutenir les malades psychiques au moyen d’une coopération avec des institutions et personnes au dehors de la paroisse ?

La conception de ces offres implique aussi les souhaits et espoirs  des malades psychiques et de leurs familles. Pendant les réunions ils/elles sont motivé/es à exprimer aussi leurs propres idées.

Contact

Dr. Beate Jakob
Dr. Beate Jakob Théologien et docteur en médecine Mohlstraße 26 72074 Tübingen Tel. +49/7071 704 90 23 Fax: +49/7071 704 90 39 jakob@difaem.de